Petit Précis de Pasta

PETIT PRECIS DE PASTA, Stefano Palombari

Catherine Thenes, Du Bruit Côté Cuisine : « Dans ce précieux petit ouvrage de Pasta publié en mars 2016 aux Editions du Pétrin dans la Collection des Petits Précis en p de gastronomie italienne, le docteur en philosophie Stefano Palombari évoque en 32 pages à la fois érudites et émues les origines – et quelques variantes régionales de la Botte – de ce simple mélange d’eau et de farine devenu au fil des siècles et de la conquête des continents un véritable patrimoine culinaire universel ».

L’Italie à Paris : « En quelques pages agiles, l’auteur réussit à repositionner « la pasta », véritable pilier de la culture italienne, dans son contexte historique et anthropologique, il réussit (aussi) à démentir des lieux communs bien ancrés».

Après le Petit Précis de Polenta et le Petit Précis de Parmigiano, le nouveau Petit Précis s’attaque cette fois à un standard de la gastronomie italienne, la divine pasta ! La préface est signée Périco Légasse, journaliste gastronomique à Marianne. Selon ce dernier, voilà «un précis d’une rare élégance dans un registre où la gastronomie est une philosophie». L’auteur revisite avec prouesse en seulement 32 pages toutes l’histoire des pâtes et livre 5 recettes de son panthéon personnel.

Napolitain d’origine, qui mieux que Stefano Palombari pouvait nous conter l’histoire de la pasta? Docteur en philosophie, Stefano Palombari a délaissé l’idéalisme allemand pour s’intéresser à la gastronomie de son pays. «L’homme n’est-il pas ce qu’il mange», avance Feuerbach dont Stefano a retenu l’enseignement. Auteur d’un Paris al dente (Parigramme) qui recense les meilleures adresses de bouche transalpines de la capitale, Stefano Palombari a aussi collaboré à L’Encyclopédie de la cuisine italienne, ainsi qu’à l’émission La cuisine italienne de la Renaissance produite par Arte.

Les illustrations sont signées Massimo Polvara. Hermès, Chanel, Guerlain, Christofle, Hédiard, Ladurée, autant de maisons prestigieuses qui ne s’y étaient pas trompées. Illustrateur au trait puissant et sensible, Massimo Polvara a décliné deux décennies durant ses variations pour le luxe. Formé au dessin à Milan, Massimo Polvara était aussi photographe. La poésie et l’élégante rigueur de ses clichés comme de ses illustrations étaient assurément la marque d’un grand.
La couverture est signée Olivier Mourareau, architecte de formation.