présentation

Les Editions du Pétrin mettent les mets au cœur des mots.

La langue n’est-elle pas le commun dénominateur des mets et des mots ? L’organe qui permet de jouir des premiers comme des seconds dans l’oralité qui précède toute littérature ?

Au commencement, « les mots sont des mets (1) ». Dans Le Goût des mots, Françoise Héritier évoque ces « étonnements d’enfance où la découverte des mots du langage parlé s’apparentait à celle des confitures et bonbons ». On comprend alors mieux pourquoi la mémoire – celle des écrivains en particulier – garde trace de ses premières expériences. A côté de la « madeleine de Proust », la littérature ne manque pas d’exemples.

Plus tard, la recette, à son tour, se décompose en gestes dont le souvenir suscite histoires et récits. Et revoilà les mets au cœur des mots.

Telle est ici notre ambition.

Emmanuelle Mourareau, fondatrice des Editions du Pétrin

(1) Voir Roland Barthes à propos de Brillat-Savarin dans La Physiologie du goût.